Dirigeants, intégrez la dimension numérique dans toutes vos réflexions

Digitalisation des PME… les convictions d’AlloWatson sur la maturité digitale des entreprises.

Force est de constater que nous, les Watson, estimons que le digital peut apporter sa contribution à toutes les composantes de la stratégie et du fonctionnement de l’entreprise.

En effet, tout comme le numérique s’est invité facilement dans nos habitudes et nos foyers, il est aujourd’hui un allié incontournable du chef d’entreprise, même le plus réfractaire.
Le Watson se positionne justement comme un « associé digital du chef d’entreprise » et se propose de permettre au dirigeant d’intégrer la dimension numérique dans toutes ses réflexions. Au même niveau que les autres domaines (comme la gestion, le juridique, le management, le pilotage commercial, etc.) qui sont traités au quotidien, plus naturellement et souvent avec plus d’aisance.
Le rapport Deloitte commandé par Facebook sur la transformation digitale des petites et moyennes entreprises en France présente un aperçu de la situation des PME françaises et compare certains critères avec la situation dans d’autres pays européens.
Contrairement à de nombreuses études ne s’intéressant qu’à la composante « présence sur Internet » prise au sens large (communication, marketing, et moins communément, commercial), ce rapport permet de mettre en exergue la question plus globale de la digitalisation des PME au sens large. S’intéressant aussi (et c’est une bonne nouvelle) à l’utilisation des outils digitaux pour « améliorer la productivité de ces entreprises ».

Le point clé est là. Pour AlloWatson, tout développement spécifique d’outil ou d’applicatif dédié, toute acquisition de solution sur étagère, tout développement de passerelles (API) entre deux outils, ou d’abonnement à telle ou telle solution numérique doit :

1 – Répondre à un besoin identifié

Pour le dire autrement, toute utilisation du numérique doit contribuer à la stratégie de l’entreprise.
D’autant plus, dans le cas où cette stratégie est :

  • claire dans l’esprit de son dirigeant
  • formulée, communiquée, exprimée,
  • partagée avec les équipes (soyons fous !).

2 – Apporter un avantage à l’entreprise et à ses parties prenantes (internes ou externes).

Par « avantage », nous entendons par exemple le fait de pouvoir :

  • Réduire les pertes de temps : en permettant un accès facilité à l’information au bon moment, éviter d’effectuer des tâches redondantes, avoir une visibilité « en continu » sur les processus ;
  • Valoriser les talents des équipes : recentrer les personnes sur ce qu’elles maitrisent le mieux et ce qu’elles peuvent apporter de mieux à l’activité (donc ce qu’elles aiment faire) en les déchargeant des tâches les moins utiles et valorisantes ;
  • Améliorer et renforcer les relations entre l’entreprise et son écosystème : permettre des interactions plus nombreuses (en volume), des échanges plus qualitatifs (intérêt), et gagner en écoute de l’autre (compréhension, intimité). Nous parlons ici notamment des clients, des partenaires, des fournisseurs, pourquoi pas les institutions et autres régulateurs, mais aussi bien sûr des collaborateurs ;
  • Fluidifier les processus de l’entreprise en créant des passerelles entre les métiers et services de l’entreprise (permettre une communication, un partage des données entre eux, sans rupture, avec fluidité) ;
  • Développer l’agilité de l’organisation : face à des évolutions majeures, la PME qui a intégré le numérique dans ses réflexes de base, est alors en mesure, grâce aux numérique, de faire évoluer ses processus et ses outils rapidement et avec agilité. L’entreprise « piquée au digitale » peut se permettre également d’expérimenter et de prendre potentiellement de l’avance par rapport aux acteurs de son secteur ou de sa chaîne de valeur.

Pour conclure,

Ne pas intégrer la dimension numérique dans ses réflexions(*) peut mener à une fuite en avant (matinée de déni de réalité) et s’avérer à terme potentiellement désastreux pour l’entreprise, ses forces vives et le dirigeant.
Aujourd’hui, aucun dirigeant ne peut plus se réveiller au petit jour et se dire « si j’avais su »…car il est impossible aujourd’hui de ne pas voir le bouleversement apporté par les technologies et solutions numériques. Se cacher derrière son petit doigt serait une terrible erreur.
Pour conclure, intégrer la dimension numérique dans ses réflexions stratégiques peut vous mener, vous dirigeant et votre entreprise, à faire un grand bond en avant et mettre tout le monde à l’abri d’un désastre (endormissement des forces vives des collaborateurs). Il serait donc dommage de s’en priver non ?

Aujourd’hui, tout dirigeant devrait se réveiller en se disant « oui je vais le faire » car le bouleversement apporté par les technologies et les solutions numériques est indéniable.

(*) : sans résistance, a priori, angélisme, naïveté ou suivisme mais avec clairvoyance

Comments(0)

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.